Dimanche 18 juin 2017à 16:00

Fuoco e Cenere - viole de gambe et direction Jay Bernfeld

Julie Fioretti, soprano

Versailles / à la Chapelle du Château de Lunéville
photo concertLouis XIV se voit en Apollon, dieu de la Lumière et des Arts. Tous les artistes du Roi, dont l'immense Lully, oeuvrent à créer le mythe du Roi Soleil. Versailles, palais de toutes les splendeurs, résonne jour et nuit d'harmonies sans pareil.

Depuis plusieurs années, Fuoco E Cenere travaille étroitement avec Canal + pour sa série et création originale Versailles, dont la deuxième saison est actuellement diffusée et dont le tournage de la troisième saison va bientôt commencer. En 2015, à l'occasion du début de la diffusion de cette série sur le petit écran et du 300ème anniversaire de la mort de Louis XIV la même année, l'ensemble a concocté une sélection d'oeuvres vocales et instrumentales qui reflète l'importance et l'omniprésence de la musique à Versailles.

Le concert versaillais de Fuoco E Cenere permettait de redécouvrir la musicalité irradiante de Jay Bernfeld. Ce pilier de la viole de gambe en France et en Europe, doté d'une technique d'archet stupéfiante, est quasiment entré en transe dans les Folies d'Espagne de Marais. Avec un tel musicien, qui caresse les cordes et s'affranchit de la barre de mesure, tout peut arriver, à tout moment. Nous en avons savouré le meilleur. À noter l'excellente prestation de la jeune soprano Julie Fioretti, qui a su, dans l'épisode de la mort de la cantate Didon de Campra, trouver des ressources dramatiques qu'on ne lui soupçonnait pas.
Christophe Huss ? Le Devoir ? 10 juillet 2015

L'attirante légèreté de Julie Fioretti, l'exquis façonnage des lignes décoratives et l'affinité pour l'idiome musical donnent l'élan musical dès le départ, des vocalises semblant venir d'un autre monde sur la Deuxième leçon des ténèbres de Couperin au tour de force vocal sur la dramatique cantate Didon d'André Campa ? une montagne russe d'émotions.
Les instrumentistes font de puissantes contributions à cette recréation d'un univers artistique unique. Le son acidulé de Patricia Lavail, le doigté agile et les registrations délicates du claveciniste Justin Taylor, le théorbe de Damien Pouvreau digne soutien des envolées vocales de Julie Fioretti? La maîtrise de Jay Bernfeld de sa viole de gambe n'est pas moins exceptionnelle. Son ton profond et le phrasé adroit et incisif donne lieu à la plus grande ovation de la soirée pour une oeuvre instrumentale.
Lawrence Budmen ? South Florida Classical Review ? 14 novembre 2016
tarif 4
Zone A : 19 € Zone B : 19 € Zone C : -